Irhabistan

800 DA

Ô! vous, hommes venus des contrées de la terre, porteurs de vos rêves tendres à Irhabis ni la houle, ni les monstres d’une mer démontée, ni les rapaces qui s’élèvent dans les airs pour s’abattre sur leurs ennemis ne vous ont dissuadés, vous êtes parmi nous ici en sécurité. « Au nom de celui qui a crée l’amour et le sabre ignoré par le parfum de la rose. « Au nom de celui qui a créé les cités d’une terre que foulent les pieds et qui ne geint point. « Au nom de celui qui a offert à la femme les clefs de la beauté, et qui brûla du feu de la jalousie. « Au nom de celui qui envoya les rayons de soleil dans les univers éloignés et permit à la nuit de se mesurer au jour. « Au nom de celui qui dit à l’homme sois maître de la terre, ce dernier commit le pêché et pleura de regret, il fut longanime pour ceux qui viendront après celui-ci. « Au nom de celui qui a donné les feuillets de la prophétie à des hommes qu’il a élus pour être les porteurs de l’inspiration et des messages sacrés et ils le furent. « Au nom de celui qui a insufflé dans la goutte d’eau l’âme du feu et dans la goutte de sang l’âme de la mort et dans le sanglot de l’âme le silence et le cri, la peur et la quiétude, l’angoisse et le repos. « Au nom de celui qui dit au bien : écris le nom des bons sur le livre du salut et dis au mal sors de mon domaine et vas-t-en là où ne te verront pas les enfants. « Au nom de celui qui dit à l’absolution, jette donc le mal dans le fin-fond de l’oubli… et récite à ceux qui viendront des versets qu’ils n’ont pas entendus et s’ils les ont entendus, ils n’auront pas creusé dans leurs cœurs le moindre sillon dans la mémoire de l’âme.