Mammeri

800 DA
Ouvrage collectif présenté et coordonné par Malika Kebbas  
 
« … Quel que soit le point de la course où le terme m’atteindra, je partirai avec la certitude chevillée que, quels que soient les obstacles que l’histoire lui apportera, c’est dans le sens de sa libération que mon peuple (et à travers lui tous les autres) ira. L’ignorance, les préjugés, l’inculture peuvent un instant entraver ce libre mouvement, mais il est sûr que le jour inévitablement viendra où l’on distinguera la vérité de ses faux semblants. Tout le reste est littérature. »
Cette déclaration de Mouloud Mammeri à Tahar Djaout résume à elle seule le projet qui est à l’origine de son oeuvre. Aussi bien dans son oeuvre littéraire (romans, essais, pièces de théâtre) que dans ses essais (écrits anthropologiques et autres), Mammeri ne cesse de scander ce plaidoyer pour la vérité et contre les faux semblants. Un plaidoyer pour la restitution de la parole confisquée, pour la liberté et pour l’avènement d’un homme agissant qui prenne son destin en main.
C’est ce qu’ont essayé de mettre en lumière trois universitaires qui revisitent l’oeuvre de Mammeri, sans préjugés et pour que l’un des plus grands intellectuels, l’un des plus attachants mais des plus lucides aussi que l’Algérie ait connu soit lu et relu hors des débats partisans et des procès d’intention.