Emeraude

850 DA
Refermant ce livre qu’on a lu quasiment d’une seule traite, on ne peut réprimer l’étrange sensation d’avoir effectué un long, très long voyage dans le temps. Dans l’espace aussi. Le réel comme le virtuel. A mesure que se dessinent les détours de ce périple palpitant, mon Dieu, que de paysages traversés, de visages croisés, de connaissances absorbées, de sentiments éprouvés, de tempêtes émotionnelles essuyées ! Au fil des moments d’un texte qui tient du conte initiatique et du roman picaresque, se combinent et harmonisent sans qu’on en prenne conscience, les éléments d’une vaste épopée. Les accents d’un lyrisme puissant célèbrent la fabuleuse idylle de Dassine et Moussa ; l’incursion dans le mythe redonne substance et présence à l’esprit de l’immense Antinea ; la plongée dans les abysses des siècles restitue tour à tour et relie l’un à l’autre, l’odyssée de Tin Hinane, l’épopée des Sanhadja, la légende des Garamantes et la saga des Touaregs. Et l’émeraude ? dirat-
on. L’émeraude, comme l’âme du désert et ses mirages, l’émeraude, c’est cette pierre emblématique, précieuse entre toutes, symbole d’espérance, à laquelle le roman doit son souffle et sa raison d’être.
Mouloud Achour