En mission extraordinaire - Carnets d’un ambassadeur en France 1970 – 1979

En m’enlevant de son Gouvernement, où j’assumais la charge du département de la Justice, le Président Boumediène ne m’avait pas caché, dès juillet 1970, sa volonté de m’envoyer “ au front ”, c’est-à-dire à Paris pour lui. Je savais que j’allais y vivre des heures difficiles, mais souvent exaltantes.        
On a dit des relations algéro-françaises qu’elles relevaient de la passion. Je les ai servies neuf années durant, sans parvenir à les normaliser complètement. Leur assainissement au long cours avait pris toutes les apparences d’un labeur sans fin. Ce n’était pas toutefois une tâche sans satisfactions durables dans ses achèvements partiels.     
Pendant tout mon séjour parisien, j’étais resté tendu vers l’accomplissement de tout ce qui pouvait contribuer à la “construction de l’Etat algérien’’ et à son renforcement.
Cet objectif constituait le point de référence permanent pour mes faits et gestes. La “ construction de l’Etat ’’ était devenue l’étalon de mesure de toutes mes initiatives diplomatiques.           
Extrait du prologue