Auteurs

A B C D E F G H I K L M N O P R S T W Y Z

Henri Alleg

Henri Alleg (Londres, 1921 - Paris 2013). Pseudonyme de Harry Salem. En 1940, il s'installe en Algérie et milite au sein du Parti Communiste Algérien. En 1951, il devient directeur du quotidien Alger républicain. Il entre dans la clandestinité en 1955, date d'interdiction de son journal en Algérie. Il continue cependant à transmettre des articles en France dont certains seront publiés par l'Humanité. Il est arrêté le 12 juin 1957 par les parachutistes de la 10eme D. P. au domicile de Maurice Audin, son ami arrêté la veille et qui sera torturé à mort. Henri Alleg est séquestré un mois à El-Biar où il est torturé et subit un interrogatoire mené après une injection de penthotal. Il est ensuite transféré au camp de Lodi où il reste un mois puis à Barberousse, la prison civile d'Alger. C'est là qu'il écrira La Question, dissimulant les pages écrites et les transmettant à ses avocats. Dans La Question, il raconte sa période de détention et les sévices qu'il y a subi, en pleine guerre d'Algérie.

Hamou Amirouche

Hamou Amirouche est né à Tazmalt (Béjaia) en 1937. Après le Certificat d'Etudes primaires et trois années de labeur dans la forge de son père, il fut admis au Centre d'Apprentissage de Béjaia où il fut l'un des organisateurs de la grève des étudiants de mai 1956. Il rejoignit les maquis quelques mois après et devint le secrétaire particulier du Colonel Amirouche Aït Hamouda en 1957-1958. En mars 1958, il fut désigné par le Colonel pour faire partie d'une mission qui achemina le courrier et les fonds vers la Tunisie.
À Tunis, il fut nommé responsable du foyer des étudiants créé par Si Amirouche en 1957, mais sur ordre du Colonel, il reprit ses études, décrocha son baccalauréat et fut envoyé aux États-Unis où il obtint une licence en économie politique à l'Université de Wesleyan et un DEA en sociologie politique à l'Université du Colorado. En 1967, il entama sa carrière professionnelle au Ministère de l'Industrie et de l'Énergie. Après vingt ans dans le secteur public industriel, il prit sa retraite en 1987. En 1988-1989, il fut appelé à l'Institut d'études de stratégie globale (INESG) et participa à quelques-uns de ses travaux. En 1994, il rejoignit sa famille installée aux États-Unis et entama une nouvelle carrière de chercheur, de conférencier à Boston, puis d’enseignant universitaire à Mesa College, California State University (San Marcos) et University of California (San Diego). Hamou Amirouche est l’auteur de plusieurs publications académiques en français et en anglais, certaines accessibles sur http://hagereseb.com/hamouamirouche.com/
Il décéde à l’âge de 81 ans à San Diégo (Etats-unis)

Ahmed Akkache

Né le 10 novembre 1926 à Alger ; secrétaire général des Jeunesses démocratiques (1946), membre du Comité central (1947) et du BP (1949) et du Secrétariat (1952) du PCA, en première ligne du secrétariat en 1955 ; emprisonné en 1957 et condamné en 1960.

8 octobre 2010 : décès d’Ahmed Akkache à l’âge de 84 ans.

Othmane Aoudjit

Autodidacte, ayant quitté l’école à l’âge de quinze ans, Othmane Aoudjit n’a pourtant pas renoncé à l’acquisition du savoir et à l’expression écrite, avouant que, depuis son enfance, la plume ne l’a jamais quitté. Un petit passage aux Beaux-arts d’Alger lui ouvre les portes du monde artistique.

Mohamed Abdallah

Né en 1997, épris des lettres et des êtres qu’elles font vivre, Mohamed Abdallah a publié deux ouvrages dans lesquels il a, dit-il,  « écumé la surface de l’Histoire algérienne ». Après  « Entre l’Algérie et la France il n’y a qu’une seule page »  et         « Souvenez-vous de nos soeurs de la Soummam »,

Abdelhamid Ali-Bouacida

Né en 1952 dans les Aurès, Abdelhamid Ali-Bouacida  a étudié à Constantine. Diplômé en sciences économiques,il s’est orienté vers le journalisme, poussé à coup sûr par une irrésistible envie d’écrire

Amar Akli Dris

Amar a parcouru tous les rouages de la cellule de base jusqu’à l’échelon national, il en a traversé toutes les péripéties et subi toutes les épreuves. 

Mouloud Achour

Né Tamazirt ( Larba Nath Iraten ), en 1944, Mouloud Achour s’est d’abord consacré à l’enseignement, après des études de droit à l’Université d’Alger interrompues au bout de deux années. Diplômé de l’Ecole normale supérieure ( lettres françaises ),

Mohamed Azouzi

Ancien cadre supérieur de la nation aujourd’hui à la retraite, Mohamed Azouzi était contrôleur des impôts directs dans l’administration française. A l’indépendance, il a été chargé de la direction régionale des impôts directs de l’Oranie,

Rachid Adjaoud

Né à Seddouk-centre (wilaya de Béjaïa), le 2 février 1937, dans une famille modeste, Rachid Adjaoud prend très tôt conscience de la nature du système colonial. Ayant fait ses études primaires à l’école du village et obtenu le certificat d’études primaires élémentaires en 1953
 Attar Mokhtar

Mokhtar Attar

Mokhtar Attar est poète, fondamentalement. Il est un artisan poète qui cisèle, en orfèvre, les mots avec un outil magique, la concision. Il possède ce génie de la formule appliqué avec un rare bonheur à la quintessence de la beauté. 
Abane Belaïd

Belaïd Abane

Proche parent d’Abane Ramdane, Bélaïd Abane n’a pas a priori le profil pour aborder un thème qui relève par excellence des historiens. Il appartient en effet au monde médical.